La religion doit-elle évoluer?

Selon des sondages récents, nos contemporains souhaitent que le christianisme évolue dans ses positions pour prendre en compte des données de société nouvelles. Un tel souhait semble supposer que la religion est une démarche de l’homme vers Dieu et que puisque les mentalités évoluent, les besoins religieux de l’homme aussi. Ainsi beaucoup estiment aussi bien dans les milieux catholiques que protestants, que, depuis que les femmes ont obtenu leur émancipation, l’office de prêtre ou de pasteur est un privilège qu’on ne peut plus leur refuser. De même, depuis la révolution sexuelle, on ne devrait plus priver les prêtres du droit de se marier (en fait, c’est à mon avis un droit déjà énoncé dans la Bible). L’orientation homosexuelle de certains est aussi quelque chose qu’il conviendrait de prendre en compte. Je ne cite pas les nombreux autres points de discussion tels le ministère des laïcs, le droit à l’avortement, le droit à mourir dans la dignité…

Même dans les milieux évangéliques, plutôt conservateurs quant aux points cités plus haut, on évoque de plus en plus la nécessité d’adapter les réunions d’église aux besoins de nos contemporains. Ainsi, il est inconcevable de pouvoir attirer les foules si on ne leur propose autre chose que de longues prédications, des vieux cantiques du 16ème siècle et des temps de prière interminables.

Je ne veux pas dire qu’il faut empêcher les réformes. Si c’était le cas, il n’y aurait pas eu la Réforme du 16ème siècle et l’Eglise Catholique continuerait d’interdire la lecture de la Bible aux non-initiés. Ce que je veux dire, c’est que la Foi est quelque chose qui a été transmis une fois pour toute et qu’on ne peut pas pas y toucher sans se rendre coupable d’une certaine forme d’idolâtrie.

Jude, le frère du Seigneur Jésus dit à ce propos dans sa lettre:

Mes chers amis, j’avais le vif désir de vous écrire au sujet du salut qui nous est commun. J’ai vu la nécessité de le faire maintenant afin de vous recommander de lutter pour la foi qui a été transmise une fois pour toutes à ceux qui appartiennent à Dieu.   Jude 3

Tout d’abord il est évident à la lecture de ce texte que le mot « foi » doit être compris autrement que comme une conviction religieuse personnelle. La foi en question, c’est le message de la Loi de Moïse et des prophètes de l’Ancien Testament, c’est l’enseignement de Jésus et des prophètes du Nouveau Testament. C’est seulement en retenant cette foi qu’on peut être sauvé. Le risque, lorsque l’homme philosophe sur Dieu, c’est qu’il ne saisisse plus la gravité de sa dépravation spirituelle. Lorsqu’il s’adresse à Timothée à la fin de sa vie, l’apôtre Paul l’invite à demeurer dans ce qui lui a été confié:

Tu as entendu de moi des paroles de vérité: fais-en ton modèle pour l’appliquer dans la foi et l’amour qui se trouvent dans l’union avec Jésus-Christ. Garde intact, par l’Esprit Saint qui habite en nous, le bien précieux qui t’a été confié.     2 Timothée 1: 13-14

Qu’est-ce que l’idolâtrie dont je parlais plus haut? En fait quand Dieu révèla sa Loi au peuple d’Israël, Il le mit en garde par ces mots:

Tu n’auras pas d’autre dieu que moi. Tu ne te feras pas d’idole ni de représentation quelconque de ce qui se trouve en haut dans le ciel, ici-bas sur la terre, ou dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras pas devant de telles idoles et tu ne leur rendras pas de culte, car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu qui ne tolère aucun rival. Exode 20: 3-5a

Certes l’homme moderne n’adore plus un veau d’or, mais il continue dans une certaine mesure d’être idolâtre. Il s’imagine Dieu non tel qu’Il est (c’est-à-dire tel qu’il se révèle dans la Bible) mais comme bon lui semble. Il se construit un dieu (en fait une idole) qui cautionne ce qui lui passe par la tête.

Certains chrétiens réformés ont adopté un bon principe qu’ils appelent le principe régulateur. La fonction d’un régulateur de chaleur, c’est d’empêcher les déperditions de chaleur. Ici il s’agit de réguler notre culte (notre religion si l’on préfére) à partir de l’Ecriture Sainte. C’est la Bible qui nous dit ce qui est permis ou pas. Cela suppose bien sûr que je sois prêt à la lire et à me soumettre à son autorité.

Sachez, avant tout, qu’aucune prophétie de l’Ecriture n’est le fruit d’une initiative personnelle. En effet, ce n’est pas par une volonté humaine qu’une prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu.   2 Pierre 1: 20-21

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s