La théorie du genre: que dit la Bible?

genderDepuis quelque temps déjà nous assistons à un débat crucial à propos de la « théorie du genre ». La question ne concerne pas seulement la France, mais aussi d’autres pays comme le Canada ou l’Allemagne. En Allemagne par exemple, dans certains Länder comme le Baden-Württemberg, il est prévu d’enseigner la diversité sexuelle dès l’école primaire. Les « partisans » du programme se défendent de vouloir gommer les distinctions biologiques garçons-filles. Ils affirment que leur volonté est seulement de souligner l’égalité homme-femme et de stigmatiser la discrimination des minorités sexuelles (des homosexuels par exemple). Leurs détracteurs, pour la plupart de milieux conservateurs, les accusent d’une machination « diabolique »: au lieu de lutter contre les vraies discriminations (sociales et raciales), ils souhaiteraient en réalité inculquer aux générations futures leurs idées là où c’est le plus facile, à l’école. Le débat prend souvent la forme d’un débat gauche-droite.

Rappelons brièvement ce qu’est la « théorie » du genre ! Cette théorie, résultant d’études menées pour la plupart aux Etats-Unis dans les années soixante, ne remet pas en cause le fait qu’il existe un sexe biologique, mais que ce qu’elle appelle l’identité de « genre » corresponde au sexe biologique. En principe, une personne née avec des organes génétiques de type féminin est reconnue comme une femme. Il existe cependant des individus qui estiment que leur identité de genre ne correspond pas à leur sexe biologique et qui souhaitent changer de sexe (le cas des transsexuels par exemple).

La théorie du genre n’est pas à mon avis une « machination » politique et il ne convient pas de la diaboliser. Elle correspond à une évolution des idées et s’inscrit dans le courant postmoderniste, en particulier celui de la « déconstruction ». Des philosophes comme Jacques Derrida ont contribué à remettre en cause les « idées » qu’on considérait comme acquises. Je donne des exemples de ce que peut être la déconstruction: pourquoi parle-t-on de Dieu comme d’un « père » et non pas d’une « mère »? Pour utilise-t-on le mot « homme » pour le genre humain? Cette « masculinisation » n’est-elle pas en fait l’acquis d’une société de type patriarcal? Comme nous le voyons, la déconstruction s’attaque non seulement aux idées traditionelles mais encore à la conception platonicienne qu’il existerait des idées « immuables ». Les idées sont en fait « reçues »; elles n’ont pas de valeur figée. Elles peuvent et doivent évoluer avec le temps.

Les données de la Création

Un chrétien part du principe que s’il existe un Créateur, c’est Lui qui définit ce que nous sommes. Le récit de la Genèse insiste clairement sur la différence biologique homme/femme. Ce n’est pas le cas pour les animaux qui sont différenciés seulement selon leur espèce. La raison en est évidente: il existe des espèces animales hermaphrodites telles que certaines chenilles, la plupart des escargots et les lombrics.

Lorsque Dieu crée l’homme et la femme, il instaure une égalité de statut, mais il différencie nettement les genres.

Dieu créa les hommes pour qu’ils soient son image, oui, il les créa pour qu’ils soient l’image de Dieu. Il les créa homme et femme.
Genèse 1:27

Notons bien le fait que l’homme et la femme sont tous deux à l’image de Dieu (donc égaux), mais toutefois distincts. Ils ont par exemple des rôles différents pour ce qui est de la procréation. Dieu « commande » à l’homme et à la femme de se multiplier.

Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre, rendez-vous en maîtres, et dominez les poissons des mers, les oiseaux du ciel et tous les reptiles et les insectes. Genèse 1:28

Que dit la Loi de Moïse?

La Loi de Moïse condamne toute idée de confusion. Elle condammne les pratiques homosexuelles, parce qu’elles ne correspondent pas à l’intention du Créateur, mais aussi le transvestisme. Nous trouvons l’interdiction suivante dans la loi de Moise:

Une femme ne portera pas des habits d’homme, ni un homme des vêtements féminins, car l’Eternel a en abomination ceux qui agissent ainsi.  Deutéronome 22.5

Comment comprendre cette interdiction? Certains pensent qu’elle exclut le fait qu’une femme puisse porter des pantalons. Ce n’est pas l’intention du texte. A mon avis, cette loi s’applique exactement à une situation où une personne d’un sexe bien précis veut se donner un autre genre.

La loi de Moïse contient d’autres mises en garde similaires. Il est par exemple exclu de pouvor faire des expérimentations qui vont dans le sens de la confusion:

Vous obéirez à mes commandements. Tu n’accoupleras pas des animaux de ton bétail d’espèces différentes. Tu n’ensemenceras pas ton champ de deux espèces de graines. Tu ne porteras pas un vêtement tissé de deux fibres différentes. Lév. 19:19

Pourquoi la confusion ou la remise en cause des genres sont-elles des problèmes? Nous trouvons la réponse dans le Nouveau Testament, lorsque Jésus raconte la parabole de l’ivraie:

Il leur proposa une autre parabole : Il en est du royaume des cieux comme d’un homme qui avait semé du bon grain dans son champ. Pendant que tout le monde dormait, son ennemi sema une mauvaise herbe au milieu du blé, puis s’en alla. Quand le blé eut poussé et produit des épis, on vit aussi paraître la mauvaise herbe. Les serviteurs du propriétaire de ce champ vinrent lui demander : Maître, n’est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D’où vient donc cette mauvaise herbe ? Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela ! Alors les serviteurs demandèrent : Veux-tu donc que nous arrachions cette mauvaise herbe ? Non, répondit le maître, car en enlevant la mauvaise herbe, vous risqueriez d’arracher le blé en même temps. Laissez pousser les deux ensemble jusqu’à la moisson. A ce moment-là, je dirai aux moissonneurs : « Enlevez d’abord la mauvaise herbe et liez-la en bottes pour la brûler : ensuite vous couperez le blé et vous le rentrerez dans mon grenier. » Matthieu 13, 24-30

L’apparition du péché dans le monde a fait en sorte que le plan initial de Dieu a été contrecarré. Nous ne péchons pas forcément de maniére « délibérée » contre Dieu. Nous sommes le plus souvent prisonniers d’une nature pécheresse qui nous pousse quelquefois à remettre en cause notre identité même et peut nous conduire au désespoir. L’homme – et la femme – ne peuvent retrouver la communion avec leur Créateur que s’ils acceptent le caractère normatif de la Loi de Dieu. La Loi nous accuse certes, mais la Bonne Nouvelle c’est que Jésus Christ est venu nous délivrer du péché et nous justifier devant Dieu.

… Et le Nouveau Testament?

Nous trouvons peu d’éléments dans le Nouveau Testament sur le sujet.  Romains 1:26-28 ne traite pas à proprement parler la question, mais s’applique aux relations homosexuelles que Dieu condamne. Nous lisons un seul passage intéressant relatif au transvestisme en 1 Corinthiens:

Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront pas du royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni ceux qui vivent dans l’immoralité sexuelle, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les travestis, ni les homosexuels, ni les voleurs, ni les hommes toujours désireux de posséder plus, ni les ivrognes, ni les calomniateurs, ni les exploiteurs n’hériteront du royaume de Dieu.  1Cor 6:9-10

Le mot en rouge dans le texte est le mot grec malakoi qui s’applique généralement à une personne passive dans les rapports homosexuels masculins. Ce qui est ici visé, c’est une pratique et non le sentiment de personnes qui considérent que leur identité de genre ne correspond pas à leur identité biologique. Cette parole laisse entendre cependant que ce n’est pas la volonté originelle de Dieu qu’une personne de sexe masculin choisisse un comportement de femme, comme nous l’avons vu avec l’Ancien Testament.

Le Nouveau Testament encourage les personnes d’un sexe particulier à adopter un comportement propre à ce sexe:

Soyez vigilants, demeurez fermes dans la foi, faites preuve de courage (lit:soyez des hommes), soyez forts.  1 Cor 16,13

Selon Paul, dans Tite 2, les femmes âgées doivent s’attacher à enseigner le bien :

… qu’elles conduisent ainsi les jeunes femmes à la sagesse en leur apprenant à aimer leur mari et leurs enfants, à mener une vie équilibrée et pure, à être des maîtresses de maison bonnes et actives, à être soumises à leur mari. Tit 2:4-5

Pierre souligne dans sa première épître que les femmes ont une nature plus délicate:

Vous de même, maris, vivez chacun avec votre femme en faisant preuve de discernement : elles ont une nature plus délicate. Traitez-les avec respect : elles doivent recevoir avec vous la vie que Dieu accorde dans sa grâce. 1 Pierre 3:7

Conclusion

Comme nous le voyons, la Bible est relativement claire en ce qui concerne les genres. Elle n’encourage à aucun moment le relativisme. Dans le dessein initial de Dieu, l’homme et la femme sont égaux mais néanmoins complémentaires. Le malaise et la confusion ne sont pas le fruit de l’évolution biologique des espèces, mais ont leur source dans le péché originel de l’homme. Jésus-Christ est venu non seulement pour nous sauver mais aussi pour restaurer notre âme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s