Un christianisme sans Christ

Dans son livre « Christless Christianity » Michael Horton, professeur de théologie au Westminster Seminary California, s’efforce de montrer que beaucoup de chrétiens vivent aujourd’hui leur religion activement, mais sans Christ. De quoi nous inquiéter, non?

L’un des acquis les plus importants de la Réforme fut de redonner toute son importance au salut par le seul Jésus-Christ. Les efforts humains sont certes louables, mais ils ne peuvent en aucun cas attirer la sympathie de Dieu et rendre juste. Aujourd’hui, c’est un nouveau danger qui menace l’Eglise: les chrétiens sont bombardés de tous côtés par des discours moralisants et « thérapeutiques » qui les éloignent de l’essentiel. Une fois de plus, la séduction vient des églises du Nouveau-Monde, dispose de gros budgets et se propage rapidement par la télévision, l’internet et la littérature.

De Joel Osteen à Joyce Meyer, en passant par Robert Schuller, tous ces brillants orateurs répètent sans cesse aux chrétiens qu’ils peuvent devenir meilleurs, prendre leur vie en main et en jouir pleinement. Certes ces personnes adhèrent encore à la plupart des confessions de foi chrétiennes, mais seulement sur le papier, car dans la pratique, leurs messages proclament quelque chose qui s’éloigne fondamentalement du message de l’Evangile: un peu comme dans l’épopée cinématographique de George Lucas « La Guerre des Etoiles », il s’agit de découvrir et d’apprivoiser la « Force » qui est en Jésus. Et de plus en plus de chrétiens tombent dans le panneau!

Mais est-ce faux d’affirmer que Jésus-Christ peut transformer positivement une vie? Non, pas du tout ! La question essentielle reste cependant: comment cela se produit-il? En faisant appel à une foi qui tient plus de l’auto-suggestion que de la foi biblique, ou bien par la puissance de transformation de l’Evangile?

Notons que l’Evangile insiste sur la nécessité de la repentance (nous ne pouvons pas nous approcher de Dieu comme ça) ainsi que sur le fait que Jésus est le vrai cep qui fournit la sève aux sarments!

Ce ne sont pas des justes, mais des pécheurs que je suis venu appeler à changer de vie.
Luc 5:32

Demeurez en moi, et moi je demeurerai en vous. Un sarment ne saurait porter du fruit tout seul, sans demeurer attaché au cep. Il en est de même pour vous : si vous ne demeurez pas en moi, vous ne pouvez porter aucun fruit.
Jean 15:4

Les nouveaux orateurs de la pensée positive induisent les gens en erreur parce qu’ils instrumentalisent la personne du Christ, ignorent souvent le coût de la vie chrétienne (c’est au travers de beaucoup de souffrances qu’il nous faut entrer dans le Royaume de Dieu disent Paul et Barnabas en Actes 14) et caricaturent la foi, qui est avant tout la connaissance d’une Personne vivante:

Nous vous annonçons le message de celui qui est la vie. Nous vous annonçons ce qui était dès le commencement : nous l’avons entendu, nous l’avons vu de nos propres yeux, nous l’avons contemplé et nos mains l’ont touché. Celui qui est la vie s’est manifesté : nous l’avons vu, nous en parlons en témoins et nous vous annonçons la vie éternelle qui était auprès du Père et qui s’est manifestée pour nous. Oui, ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, la communion dont nous jouissons est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ.
1 Jean 1:1-3

S’approcher de Dieu sans le Christ comme médiateur, c’est s’approcher du Dieu du Mont Sinaï, avec une justice qui ne fera pas long feu devant Lui. C’est que rappelle la lettre aux Hébreux:

Le royaume que nous recevons est inébranlable : soyons donc reconnaissants et servons Dieu d’une manière qui lui soit agréable, avec soumission et respect, car notre Dieu est un feu qui consume.
Hébreux 12:28-29

2 réflexions sur “Un christianisme sans Christ

  1. SL

    D’accord, mais concrètement, comment apportez-vous cette libération auprès de vos prochains? En leur disant que « Jésus est la vie », que « votre esprit sera renouvelé par le Saint-Esprit et alors vous verrez la lumière »…. J’y crois, je suis chrétienne. Mais comment cela résonne t’il dans l’esprit de millions d »autres? Et même de chrétiens d’ailleurs?
    Des mots, je pense, parfois des jolis mots, souvent inatteignables… Alors comment faire mieux? (vraie question, parce que j’ai senti quelque chose de peut-être un peu problématique dans le discours de beaucoup de grands orateurs que vous citez…).

    1. lecep

      A ma connaissance, les chrétiens n’ont pas d’autre mission que de proclamer l’Evangile et de vivre en accord avec ce message. C’est Dieu qui fait grandir son Eglise. Le message du Livre des Actes des Apôtres est suffisamment clair à ce propos. A la différence des premiers chrétiens, le problème est que nous ne sommes souvent pas crédibles à cause d’un style de vie qui contredit nos paroles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s