Qui sont les puritains?

john_owenLe mot puritain est synonyme dans notre vocabulaire de quelqu’un de prude, d’une moralité rigoureuse. Mais saviez-vous que le Puritanisme est un mouvement qui a fait son apparition en Angleterre, au XVIème siècle, après la rupture de l’Eglise d’Angleterre avec Rome? L’indépendance de l’Eglise d’Angleterre promulguée par Henri VIII en 1534 permit aux Protestants de faire connaître leurs idées. L’archévêque de Canterbury, Thomas Cranmer, un admirateur de l’humaniste Erasme, entreprit de nombreuses réformes de la nouvelle Eglise, surtout après la mort d’Henri VIII, sous le règne du jeune Edouard VI. Après la mort d’Edouard, Cranmer tomba en disgrace sous le règne de Marie I Tudor, dite la Sanglante, et fut exécuté en 1556. Marie restaura le Catholicisme pour une courte durée, mais après sa mort, en 1558, la nouvelle reine Elizabeth I déclara définitivement l’Anglicanisme comme religion d’Etat. Il s’agissait alors de savoir jusqu’où devaient aller les réformes. Dans son Religious Settlement de 1559, Elizabeth se décida pour une forme de gouvernement de type épiscopal, c’est à dire garantissant un certain contrôle hierarchique des églises locales. Cependant, la nouvelle Eglise anglicane n’allait pas assez loin dans les réformes aux yeux des calvinistes. De nombreuses doctrines catholiques furent maintenues. Le mouvement critique qui naquit alors fur appelé Puritanisme. En fait, les Puritains étaient des Calvinistes qui pronaient la doctrine réformée comme règle de foi ainsi qu’un gouvernement de l’Eglise de type presbytérien ou congrégationaliste, c’est-à-dire accordant une plus grande indépendance aux églises locales.

Mis en minorité, les Puritains cherchèrent alors à répandre leurs idées par le biais de la prédication. Ils avaient de nombreux partisans dans les universités, notamment parmi les plus réputées, celles d’Oxford et de Cambridge. L’arrivée sur le trône d’Angleterre du roi d’Ecosse, Jacques 1er fut de nature à raviver les espoirs des Puritains. Ceux-ci pensaient en effet que le modèle le l’Eglise écossaise imposé autrefois par John Knox, de type presbytérien, allait aussi s’imposer en Angleterre. Jacques 1er comprit cependant bien vite les avantages du système épiscopal et refusa ces idées. L’arrivée sur le trône de son fils Charles 1er, en 1625, accentua encore la domination de l’Eglise anglicane. Les Réformés furent alors considérés comme des fauteurs de trouble et beaucoup émigrèrent vers l’Amérique. Déjà en 1620, certains avaient fui les persécutions de Jacques 1er à bord du célèbre voilier Mayflower. Les idées réformées gagnaient cependant du terrain. Le roi Charles 1er fait une première erreur en voulant imposer à l’Eglise écossaise le livre de prière de l’Eglise anglicane. Une guerre civile éclata alors. Dans son désir de lever des fonds pour couvrir les frais de la guerre contre l’Ecosse, Charles brusqua le Parlement. Ce conflit aboutit à une première révolution en 1641 où les troupes parlementaires s’opposèrent aux troupes royalistes. Une seconde révolution à partir de 1646 conduit à la perte de Charles 1er qui fut condamné à mort et décapité en 1649. Les années qui suivirent amenèrent au pouvoir Oliver Cromwell, un parlementaire réformé ayant étudié dans un collège de l’université de Cambridge. Cronwell favorisa certes les Puritains mais son gouvernement se transforma rapidement en une forme de dictature militaire. Les guerres qu’il mena, en particulier contre les Irlandais, ne contribuèrent pas à apaiser le climat de haine religieuse dans les Iles Britanniques. Après sa mort en 1658, les royalistes revinrent au pouvoir et l’Anglicanisme retrouva avec eux sa position d’autrefois. Ce fut la fin du Puritanisme politique.

Sur le plan strictement théologique, il est important de distinguer les différents courants qui existent au sein du Puritanisme. Les Puritains étaient certes tous de doctrine calviniste, mais certains étaient réformés (presbytériens ou congrégationalistes) tandis que d’autres étaient baptistes. On peut citer les noms de Thomas Watson, Matthew Henry (Presbytériens), de John Owen et Jonathan Edwards (Congrégationalistes) et, chez les Baptistes, de John Gill et John Bunyan. Certains courants non calvinistes comme le Méthodisme de John Wesley ont été aussi influencés par le Puritanisme.

Trois documents importants et qui régissent aujourd’hui encore la vie des églises sont issus de cette période:

Les puritains étaient des chrétiens animés d’une grande piété, qui accordaient une place importante au travail, mais aussi surtout à la vie familiale et à l’éducation des enfants. Ils considéraient le dimanche comme sacré, à tel point qu’ils interdisaient en ce jour toute activité autre que spirituelle. Le culte puritain est exclusivement réglé par l’autorité de la Bible et caractérisé par l’usage exclusif des psaumes dans le chant. Aujourd’hui encore, il existe une forte tradition puritaine aussi bien sur le continent américain que sur le Vieux Continent. On peut consulter à titre d’exemple le site internet suivant: A Puritan’s mind.

3 réflexions sur “Qui sont les puritains?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s