Les 5 points du calvinisme: la grâce irrésistible

Le quatrième point du calvinisme (la grâce irrésistible) souligne que lorsque Dieu s’adresse à quelqu’un qu’Il a élu, ce dernier ne peut résister à son appel. Cette doctrine montre à quel point le ministère de l’Esprit-Saint dans le coeur des croyants est efficace.

Les opposants à cette doctrine la trouve injuste car, à leurs yeux, elle reviendrait à nier la liberté des individus. La plupart des chrétiens sont prêts à accepter que Dieu éclaire le pécheur, mais il faut bien, selon eux, que ce dernier coopère d’une manière ou d’une autre à son salut en acceptant librement ce que Dieu lui fait connaître.

Il faut bien saisir la différence entre la position arminienne et la position calviniste sur ce point:

  • pour les Arminiens, la grâce de Dieu est prévenante. Le pécheur y répond librement par la foi. C’est alors que le Saint-Esprit régénère son coeur et produit la nouvelle naissance.
  • pour les Calvinistes, la grâce de Dieu est efficace. Elle régénère le coeur et produit la foi chez le pécheur. Ainsi la foi est la conséquence de la nouvelle naissance et non l’inverse. Lire la suite

Qui sont les puritains?

john_owenLe mot puritain est synonyme dans notre vocabulaire de quelqu’un de prude, d’une moralité rigoureuse. Mais saviez-vous que le Puritanisme est un mouvement qui a fait son apparition en Angleterre, au XVIème siècle, après la rupture de l’Eglise d’Angleterre avec Rome? L’indépendance de l’Eglise d’Angleterre promulguée par Henri VIII en 1534 permit aux Protestants de faire connaître leurs idées. L’archévêque de Canterbury, Thomas Cranmer, un admirateur de l’humaniste Erasme, entreprit de nombreuses réformes de la nouvelle Eglise, surtout après la mort d’Henri VIII, sous le règne du jeune Edouard VI. Après la mort d’Edouard, Cranmer tomba en disgrace sous le règne de Marie I Tudor, dite la Sanglante, et fut exécuté en 1556. Marie restaura le Catholicisme pour une courte durée, mais après sa mort, en 1558, la nouvelle reine Elizabeth I déclara définitivement l’Anglicanisme comme religion d’Etat. Il s’agissait alors de savoir jusqu’où devaient aller les réformes. Dans son Religious Settlement de 1559, Elizabeth se décida pour une forme de gouvernement de type épiscopal, c’est à dire garantissant un certain contrôle hierarchique des églises locales. Cependant, la nouvelle Eglise anglicane n’allait pas assez loin dans les réformes aux yeux des calvinistes. De nombreuses doctrines catholiques furent maintenues. Le mouvement critique qui naquit alors fur appelé Puritanisme. En fait, les Puritains étaient des Calvinistes qui pronaient la doctrine réformée comme règle de foi ainsi qu’un gouvernement de l’Eglise de type presbytérien ou congrégationaliste, c’est-à-dire accordant une plus grande indépendance aux églises locales. Lire la suite