Chrétien, et évangélique de surcroît!

Tout le monde le sait, le français moyen se considère catholique, mais non-pratiquant. Il ne sait pas trop ce que croit un protestant et il ignore même parfois que le protestantisme fait aussi partie des dénominations chrétiennes. Il appelle les chrétiens évangéliques des « évangélistes » et les classe volontiers parmi les sectes.

Le but que je me propose dans cet article est de clarifier un peu la question. J’aimerais expliquer dans un premier temps ce que signifient les termes de protestant, réformé ou évangélique et, dans un deuxième temps, je m’efforcerai de montrer les particularités de leur pensée, en essayant de les  comparer avec celle du catholicisme.

Quand est apparu le protestantisme?

Contrairement à ce qu’on pense souvent, le protestantisme n’a pas fait son apparition avec la Réforme du 16ème siècle, bien que le mot « protestant » ait été donné alors à ceux qui critiquaient l’église de Rome en « affirmant » (c’est le vrai sens du mot) alors leur foi. La critique des abus de l’église catholique romaine n’est pas chose nouvelle, elle a toujours existé. Les protestants tiennent cependant à se distinguer des mouvements hérétiques et sectaires qui ont secoué l’église catholique et reconnaissent aussi certains mouvements de pensée antérieurs comme proches du leur.

C’est pourquoi, à mon avis, on doit aussi classer dans le protestantisme les mouvements pré-réformateurs, comme par exemple celui des Vaudois au 12ème siécle. De même quelques grandes personnalités comme John Wyclif en Angleterre, Jean Huss en Bohême ou Jérôme Savonarole en Italie sont à ranger parmi les protestants, bien qu’ils s’en défendraient peut-être. A l’origine, il n’était pas question pour les réformateurs de quitter l’église catholique; ils voulaient seulement réformer l’institution de l’intérieur. C’est à partir du moment où ils ont été excommuniés qu’ils ont pris leur distance. Cela a commencé avec Martin Luther, fondateur de l’église luthérienne, puis avec Jean Calvin, qui sera à l’origine de l’église réfomée proprement dite.

D’où viennent les évangéliques?

Dans le monde anglo-saxon le terme « évangélique » a souvent la même signification que « protestant ». En Allemagne par exemple, on fait une distinction entre « evangelisch » (protestant) et « evangelikal » (évangélique). Le terme anglais « evangelical » a à peu près la signification qu’on lui accorde en France. En Angleterre le terme s’applique aussi par exemple aux anglicans qui adhèrent aux idées évangéliques. Aux Etats-Unis, on commence à faire une distinction entre le protestantisme classique et ce qu’on appelle l' »Evangelicalism ».

Posons-nous tout d’abord la question de savoir si les évangéliques font partie du protestantisme? Sur le plan historique, je répondrais que oui. En fait, le mouvement évangélique est issu du protestantisme par une sorte de réforme de l’intérieur, à partir du 17ème siècle. Il s’agissait à l’origine de réagir contre le formalisme croissant (les nourrissons baptisés entrant dans l’alliance automatiquement), puis ensuite contre la critique biblique qui sapait l’autorité de la Bible.

Une autre question importante est de savoir où il faut classer les mouvements anabaptistes du 16ème siècle. Certains se plaisent à dire que les anabaptistes étaint les premiers évangéliques. Il faut dire qu’ils furent considérés comme des hérétiques aussi bien par les réformés luthériens que par les calvinistes. Les églises baptistes actuelles sont-elles issues du mouvement anabaptiste ou du protestantisme classique? Eh bien, cela dépend de leur théologie, je dirais. Certains baptistes ont une théologie purement réformée sauf sur la question du baptême, puisqu’ils ne baptisent pas les nourrissons. D’autres, comme les mennonites, ne se réclament pas tant de la tradition réformée, mais plutôt du mouvement anabaptiste.

Qu’en est-il dans la pratique?

En fait, pour savoir la particularité de tel ou tel mouvement, il faut se pencher sur le système de pensée et la pratique de chaque dénomination. La seule chose qui caractèrise en gros le protestantisme, c’est sa démarcation par rapport à l’église catholique, son rejet de la suprématie du pape et son attachement au doctrines telles que la justification par la foi ainsi que l’importance accordée à la Bible.

Au sein du protestantisme réformé, il convient en suite de distinguer entre les églises qui, tout en maintenant une certaine tradition, ont adopté les conclusions de la critique des textes bibliques (c’est en gros la position de l’Eglise Réformée de France) et les églises qui insistent sur l’infaillibilité de la Bible et l’importance des confessions de foi. Les églises réformées de confessants se qualifient souvent d’évangéliques, dans le sens qu’elles se sentent proches de ceux qui croient toujours en l’autorité de la Bible.

Ce qui caractèrise les évangéliques non réformés, ce n’est pas tant leur attachement à une confession de foi que l’importance qu’ils accordent à leur vie de foi pratique et à leur relation à Dieu et à Jésus-Christ. C’est pourquoi, on les qualifie volontiers d’églises de professants. Ils soulignent par exemple la nécessité de passer par la Nouvelle Naissance, changement qu’ils considèrent comme nécessaire pour avoir une foi authentique (voir l’évangile selon Jean, chapitre 3). Notons que, pour les catholiques, la Nouvelle Naissance s’opère par le sacrement du baptême. Ceci dit, comme les églises réformées de confessants, les églises évangéliques insistent sur l’autorité de la Bible en matière de foi, même si elles n’ont pas toujours un grand souci doctrinal.

Les communautés évangéliques pentecôtistes soulignent en plus, à côté de la Nouvelle Naissance, l’importance d’une seconde expérience qu’elles appellent le baptême du Saint-Esprit. Cette expérience se manifeste par des signes extérieurs comme le parler en langues et les dons divins miraculeux.

En conclusion

J’imagine que le catholique soucieux de l’unité des chrétiens est complétement dérouté après avoir lu tout cela. En fait, ce n’est pas aussi compliqué que cela paraît:

– protestants et évangéliques comprennent le mot « Eglise » comme le rassemblement tous ceux qui sont de vrais croyants et utilisent le mot « église » pour une communauté chrétienne locale.

– réformés et luthériens insistent sur une certaine tradition dans l’Eglise, tandis que les autres évangéliques n’en voient pas toujours la nécessité.

– protestants et évangéliques soulignent l’importance de la Bible, Parole de Dieu, ainsi que la nécessité d’avoir une relation vivante avec le Christ ressuscité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s